Skip to content

Le roi est mort, vive le roa (de toute façon ça se prononce pareil)

Par Julien & Arnaud le 9 sept 2009

Hier matin, dans le train qui me ramenait de mon week-end (oui, j’avais pris mon lundi, ET ALORS ?!?), j’avais le choix entre deux lectures tout aussi passionnantes :
- d’un côté, le Livre blanc de l’attention marketing, du Groupe Reflect
- de l’autre, L’Équipe avec les derniers rebondissements du clash/pas clash entre Domenech et Thierry Henry.

N’écoutant que ma conscience professionnelle, j’ouvre L’Équipe pour dévorer les dernières infos trépidantes de la vie de l’équipe de France de Foot : la PSP de Lloris est tombée en panne, il yavait des carottes rapées le midi au déjeuner et Malouda n’aime pas les carottes rapées, Ribéry a fait une blague en coupant l’eau chaude de l’hôtel, Benzema a repris deux fois du dessert, etc.
Que du lourd.

J’en suis là de mes lectures quand un sms de Julien, parti en touriste déplacement professionnel à Limoges, me rappelle à l’ordre :

« Lis le livre blanc du groupe reflect ça va changer ta vie »

Impressionné par l’effort surhumain qu’à du produire Julien pour m’envoyer ce texto sans faute, je me dis que cela vaut bien un sacrifice et je replie précautionneusement L’Équipe en me disant queje le finirai à l’agence. Et je m’attelle à la lecture de ce guide d’une trentaine de pages.

Premières pages, plutôt agréables à lire, mise en avant d’idées que l’on partage (« il ne sert à rien de marteler un message et de saturer l’espace inutilement à grand frais »… si seulement notreancienne agence pouvait penser pareil…), ça démarre plutôt bien.

Ne pas mesurer la pertinence des campagnes internet uniquement en se basant sur les taux de clics. Là aussi ça nous parle.

Tout ça pour nous présenter une idée nouvelle : il faut mesurer l’attention avant tout. Et pour cela, un nouvel outil : l’Attention Rate. Et je vous passe la suite, le mieux c’est de le lire :)

Bref, une étude très intéressante, et un guide à posséder absolument.

Tellement que après l’avoir lu il ne me restait plus que deux questions :

- pourquoi le livre « blanc »? Est-ce un choix chromique délibéré, afin d’exprimer le côté « univers vierge, où tout reste à créer »?
- qui Domenech fera-t-il jouer en pointe contre la Serbie, Gignac, Anelka, Benzema, Henry ?

Merde, obligé de lire L’Équipe pour avoir la réponse à une des deux questions… :-p

Pour lire le Livre blanc de l’attention marketing du Groupe Reflect, c’est parici que ça se passe. En plus c’est gratuit.

 Le roi est mort, vive le roa (de toute façon ça se prononce pareil)

Catégorie → Non classé

4 commentaires
  1. Max permalink

    Il y a intérêt qu’il soit vraiment utile votre livre blanc parce que j’ai cramé 17 pages pour ses beaux yeux (qu’on ne voit d’ailleurs même pas sur la couv’) .

  2. nous on en a crâmé 34 mais ça c’est parce que l’imprimante déconne…saloperie…

  3. Chederico permalink

    Merci pour le lien ! Pour répondre à ta question, livre « blanc » semble être une expression consacrée pour une publication qui se veut la « bible » d’un secteur, ou un grand livre de principe sur tel ou tel sujet. Je l’ai déjà pas mal rencontré.

Ecrire un commentaire

Note: le XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publiée.

Abonnez-vous aux commentaires par RSS