Skip to content

Le billet fourre-tout

Par Julien & Arnaud le 14 sept 2010

Ben oui, on a plein de choses en retard, du coup au lieu de faire un billet pour chaque sujet… on va en faire un gros avec tout le bordel.

Et on commence avec un site évènementiel. Ça fait un petit bout de temps qu’on n’a pas parlé de ce genre de sujet par ici, c’est l’occasion de se rattraper. Voici donc un petit site sans prétention pour la promotion de deux nouvelles sauces de la marque Lesieur, qui nous propose de venir greffer la tronche de nos amis sur les corps de personnages en train de danser. Pas nouveau, mais potentiellement sympa.

 Le billet fourre tout

(on aurait bien aimé vous mettre notre vidéo, mais on n’a pas l’embed…)

Client : Lesieur

Agence : Nouveau Jour

Site : refaistonclipatasauce.fr

Une fois n’est pas coutume,on va commencer par parler de ce qu’on a moins aimé : techniquement, ça marche pas mal, mais on a quand même rencontré des petites difficultés. Images longues à charger, impossibilité de faire fonctionner le site sans Facebook, bon, c’est pas grave mais ça agace. Ensuite, on a trouvé la « préparation » fastidieuse : pour morpher la tronche de ses amis sur les personnages, le paramétrage est un poil longuet (nous ça nous a pris 04h30, mais c’est déjà parce qu’on était pas d’accord sur les chorégraphies, et aussi et surtout parce que nos amis ont des tronches bizarres pas facile à détourer).

On n’a pas non plus tellement aimé le fait que l’application publie directement la vidéo sur notre profil Facebook sitôt le jeu terminé, sans même nous demander une validation. Ajoutez à cela la rapidité avec laquelle on sort de l’application (trois ou quatre choix sont apparus, on a cliqué sur « recevoir la vidéo par mail », et on s’est retrouvé au début du jeu, sans pouvoir retourner à ce menu sans devoir refaire le jeu de A à Z). Du coup on ne sait pas s’il était possible de tweeter notre vidéo, il ne nous a pas semblé mais on n’a peut-être pas eu le temps de voir.

Maintenant, ce qu’on aime bien : et bien au-delà de la réalisation, c’est surtout la démarche qui nous plu. On ne s’attendait pas vraiment à voir Lesieur se risquer sur ce genre d’opé, et c’est plutôt une bonne surprise de voir une marque nous surprendre ainsi. Le principe du site en lui-même reste marrant, pas révolutionnaire mais sympa à faire une fois. La mayonnaise prend, et c’est ça l’important (oui, on voulait absolument caser ce jeu de mots à un moment, voilà c’est fait).

Ah et puis si, ce qui déchire surtout dans ce site, c’est la musique pour la version mexicaine :-D

Hop, on passe à la suite : la suite, c’est la campagne lancée par Volkswagen pour ses monospaces, baptisée « Les Héros d’aujourd’hui ». La marque a lancé un petit site dédié, avec un petit concours mettant justement en avant ces héros d’aujourd’hui (tous en chœur : « oh ben ça, ça tombe bien alors ! »). On ne va pas rentrer dans les détails, vous n’avez qu’à aller voir le site (non mais), on va seulement vous montrer une ou deux des vidéos virales qui renvoient vers ce site :

On regrettera que la première soit un peu longue. On aime bien le principe de ces vidéos, même si parfois l’humour est un peu forcé ça reste assez marrant. Et le concept de la campagne est vraiment bien trouvé.

On ne s’endort pas, on passe au sujet suivant. Et ça va en passionner plus d’un, vu qu’on va parler de seins. Un sujet pas du tout racoleur (c’est notre côté « Le Droit de Savoir » ;) , mais traité ici avec beaucoup de finesse (comme quoi c’est possible).

DDB Singapour nous propose en effet une très très belle campagne au sujet de la prévention du cancer du sein, servie par une DA originale et réussie. Jugez plutôt :

 Le billet fourre tout

 Le billet fourre tout

 Le billet fourre tout

Advertising Agency: DDB, Singapore
Executive Creative Director: Joji Jacob
Creative Director: Thomas Yang
Copywriter: Khairul Mondzi
Art Director: Andrea Kuo
Illustrator: Andy Yang Soo Kit
Digital retoucher: Agnes Teo
Photographer: Allan Ng / Republic Studios

L’utilisation du body painting sert vraiment le propos de cette campagne. Les images sont belles, interpellent, et les trois déclinaisons sont agréablement variées. L’accroche est également idéalement trouvée : « Are you obsessed with the right things ? », cela sonne juste et plein de sens. Les bodycopies sont, de la même manière, efficaces et intelligentes. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas vu une campagne print aussi originale et efficace, c’est chouette, ça fait plaisir de découvrir ce genre de choses.

Puisqu’on est dans les belles choses qui interpellent : peut-être avez vous vu le site lancé pour promouvoir la nouvelle série de Canal+, Maison Close ? Si ce n’est pas le cas, on vous engage vivement à aller y jeter un œil, et même deux.

 Le billet fourre tout

Une ambiance savoureuse, assez sombre, un petit site qui vous met dans la peau d’une professionnelle… Sans avoir jamais vu aucun image de la série, ça nous a donné envie de la regarder. Bien foutu !

Revenons au print, pour parler d’une campagne qui a suscité un peu de débat ces derniers jours : les dernières affiches pour Courrier International. Les voici :

 Le billet fourre tout

 Le billet fourre tout

 Le billet fourre tout

Advertising Agency: Saatchi & Saatchi Paris
Creative Director: Cristophe Coffre
Art Director: Arnaud Van Den Abeele
Copywriter: Timothée Gaube

Clairement, la première est au-dessus du lot. Elle est sympa, elle fonctionne bien, elle est couillonne de par l’attitude désemparée du cosmonaute, ça marche bien. Il n’est d’ailleurs pas surprenant que ce soit celle-ci qu’on retrouve actuellement sur les murs du métro parisien.

En revanche, les deux autres prêtent plus à discussion. Celle sur le 11 septembre, normal, c’est encore un sujet touchy, le traiter ainsi avec tant de désinvolture, cela heurte beaucoup de gens, c’est normal. De plus, cela sonne comme une blague racontée autour d’un verre (« ouais bah s’ils avaient su ils auraient fait des tours moins hautes, comme ça les n’avions seraient passés au-dessus, mouhahaha ! Tiens René, tu me ressers un Ricard, steuplé ? »), et pas franchement dans le ton habituel de Courrier International.

La troisième est un peu dans la même veine, le côté « gênant pour la conscience » du 11 septembre en moins. Quelque part on a l’impression que ces deux annonces ne nous transmettent pas le même message que la première : celle avec le cosmonaute nous montre quelqu’un à qui il arrive un malheur parce qu’il n’a pas réussi à anticiper, parce qu’il n’était pas au courant. Les deux autres fonctionnent de la manière inverse, en nous montrant des personnes qui ont au contraire su anticiper, en prenant leur précaution. C’est un peu dommage d’avoir ainsi un écart entre les différents déclinaisons.

Il y a fort à parier que si l’agence n’avait sorti que la première annonce, elle aurait eu de biens meilleures remontées sur son travail. Là malheureusement, les discussions autour des deux autres et notamment autour du côté potentiellement choquant de l’annonce mettant en scène le World Trade Center, viennent quelque peu éclipser cette première annonce. Comme quoi des fois, à trop vouloir décliner… (ouais ok, s’ils avaient fait un one-shot, on aurait râlé en disant que ça aurait mérité des déclis).

Et puis on va terminer ce billet fleuve par un cadeau : la musique de la nouvelle pub Audi. Le dernier spot européen de la marque, sorti il y a quelques jours, a en effet comme bande son un single du groupe Torpedo, produit et co-écrit par Justin Timberlake. Audi met le titre à disposition des internautes, pour le télécharger il suffit de cliquer ici (c’est gratos). On ne va pas vous dire ce qu’on pense du morceau, ce n’est pas du tout notre domaine de compétence, et on a déjà dit suffisamment de conneries pour aujourd’hui :)

via, à la louche, Spöka, Adsoftheworld, Le Blabla de Lili, Emma from NouveauJour, Hush-Hush, et on en oublie certainement, désolés.

Catégorie → 360

4 commentaires
  1. Olivier permalink

    Merci au billet fourre tout de m’avoir fait remarquer que le cosmonaute avait un drapeau US dans les mains (pour moi c’était la Chine qui se posait en premier sur la Lune).
    Anyway tout ca pour dire que pour une fois que les 3 visuels de courrier international sont mis a la suite, j’ai comme même réalise un truc : les 3 visuels parlent du changement du monde a travers le scope des états unis, c’est un peu limite comme vision du monde pour un hebdo qui possède le mot international dans son titre non ?

  2. Ah, très bien vu ça, c’est vrai que du coup ça ne colle pas tellement avec le magazine et sa ligne éditoriale. Visiblement personne ne s’en est aperçu ni chez l’annonceur ni chez Saatchi, sinon il est probable que la campagne aurait été modifiée.

Trackbacks & Pingbacks

  1. Tweets that mention Le billet fourre-tout | Coups de pub -- Topsy.com
  2. ARRÊTONS LES DECLINAISONS POURRIES | neurofactory

Ecrire un commentaire

Note: le XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publiée.

Abonnez-vous aux commentaires par RSS