Skip to content

La meute commence à nous les briser menues

Par Julien & Arnaud le 14 oct 2009

La meute, vous connaissez ? Cette association de féministe qui proteste sans arrêt et n’a jamais rien àproposer de mieux…

La meute fait encore parler d’elle, en s’attaquant à la campagne de pub du fromage Cantal, illustrée par cettesignature « oublier le Cantal, ça peut être fatal ».  D’après les enragées de la meute, cette campagne ne ferait qu’encourager et « banaliser la violence machiste contre lesfemmes »…

Après avoir remercié la meute de nous prouver que parfois, certaines femmes peuvent être aussi cons que leshommes, on se demandera quand même si elles ne devraient pas sérieusement songer à consulter.

Qu’elles attaquent la campagne du Cantal sur son faible niveau créatif, certes. Dire qu’oublier le Cantal,c’est fatal (hop, la jolie rime) et montrer un fiancé qui plaque sa future épouse devant l’autel juste parce qu’elle a oublié ce fromage, si bon soit-il, ok, ça vole pas très haut…

Mais de là à dire que c’est sexiste et machiste… Voici comment un mouvement peut perdre toute crédibilité, etainsi desservir la cause qu’il prétend soutenir.

On pourrait même dire : « la meute aboie, mais  contre quoi ?!? »

Catégorie → COUP DE GUEULE

11 commentaires
  1. carrément, pour bien montrer que « nooooon elle se fait pas mal la dame »…

  2. Ils ont appelé la blonde qui escalade « Chantal ». Ils sont allés jusqu’au bout de la rime. Mais alors quel bout…

  3. Delphine permalink

    La meute voit le mâle partout… franchement à part la nullité du spot je ne vois pas en quoi ça nécessite de monter au créneau…

  4. …on adore la vanne du « mâle », on est trop jaloux on aurait tellement aimé la faire celle-là…

  5. attention à force on va finir par faire tous les jeux de mots possibles sur Cantal et ils auront plus rien à dire pour la seconde vague…

  6. Quand t’as les autres extrémistes qui commencent à s’y mettre, c’est trop souvent dans l’exagération, c’est bien dommage. A leur décharge, l’agence aurait pu faire un spot avec une femme qui s’énerve sur son mari, ok, il y a peu d’hommes s’appelant Chantal, mais il y avait à faire de ce côté, et ça aurait -de plus- évité de faire tiquer la meute pour rien :)

  7. complètement :)

  8. Julien et Aranud,
    La teneur de cet article ne me surprend pas. Que vous vous adressiez à La Meute en ces termes me semble assez logique compte tenu de la nature même de votre blog. Celui ci est consubstanciel au concept même de la publicité. Il incarne la publicité. Il en assure même une partie de sa mémoire, et c’est précisement pour cela que votre audience est large au sein de la profession..
    Vous êtes la pub, donc, et, de fait, en assurez les positions fondamentalistes, intégristes et corporatrices. Vous me faites un peu penser à Jacques Seguela qui, a chaque prise de parole dans les médias, nous assure (devrais je dire nous rassure ?) que la publicité n’est pas si importante que cela, que tout cela n’est qu’un truc de saltimbanques et que, quand c’est bien fait, cela pourrait même s’apparenter à de l’art. Tout cela pour mieux nous dissimuler que la pub n’est que le bras armé du capitalisme Fordiste, responsable de la débâcle économique dans laquelle nous nous trouvons. Car la pub détruit les cerveaux. Elle ne fait pas qu’occuper un « espace disponible » comme l’a rappelé Lelay, « mon frère que je ne juge pas comme tel », elle détruit les cerveaux. Pour tout cela je vous renvoie sur les travaux de Zimmerman-Christakis, le travail du CIEM, de l’association Ars Industrialis a laquelle j’appartiens et qui a fortement milité pour la suppression de Baby First (la chaîne) en France, et qui l’a obtenu, etc…. Je vous renvoie aussi sur le post suivant : http://www.leblogdecarredeciel.com/index.php?2008/10/03/197-exclusif-ce-qu-on-ne-vous-a-jamais-dit-sur-la-publicite, qui constitue un pamphlet ironique sur le pouvoir Foucalien de la publicité.
    Evidemment La Meute a tort de se polariser sur une publicité en particulier dont personne n’a que faire. Du coup, pour un publicitaire porteur des intérêts de sa profession, la critique est facile. La Meute devrait effectivement élever son débat et adopter une vision plus politique.
    La Meute ne devrait pas combattre une pub, elle devrait combattre la pub.

    C’est en se regroupant comme le CIEM et Ars Industrialis l’ont fait dans le cas de Baby First que la lutte doit s’organiser. J’invite donc La Meute a orienter ces efforts non pas dans une critique vaine d’une publicité en particulier, que la sophistique publicitaire aura vite fait de tourner en dérision, mais à se tourner vers les bonnes personnes, philosophes, libre penseurs du milieu associatif, pour poursuivre un combat devant nous permettre de sortir du ghetto dans lequel la politique néo-libérale Reaganienne nous a plongée depuis les années 1980.

  9. Je comprends votre position et elle est respectable. Je tentais simplement de porter le débat sur le terrain de l’enjeu publicitaire en général, qui me semble lui, fondamental, tant la frontière entre la bonne et la mauvaise pub, ben, comme toutes les frontières, sont impossible à placer…

  10. moulinox permalink

    pas d’accord avec ça, on reconnait vite une bonne pub d’une mauvaise pub. Pour voir de la mauvaise pub il suffit d’allumer sa tv, alors que pour voir de la bonne pub il faut aller chercher loin…sur ce blog par exemple

Ecrire un commentaire

Note: le XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publiée.

Abonnez-vous aux commentaires par RSS