Skip to content

Et l’éthique, bordel ?!

Par Julien & Arnaud le 8 fév 2012

Cela fait maintenant plusieurs années que l’on blogue. Plusieurs années que nous postons des conneries, et que nous en voyons passer aussi. Et plusieurs années que nous regardons vivre le petit milieu des réseaux sociaux, des blogs et autres sphères d’influence digitale.

Il y a un petit moment de cela, nous nous étions laissés aller à donner un peu notre sentiment sur l’évolution de ces réseaux. Un point de vue peut-être un peu pessimiste, mais qui reflétait bien ce que nous pensions à l’époque : la multiplication des réseaux et l’augmentation de la vitesse de relai des informations avaient une forte propension à faire baisser la qualité de ces informations.

La situation s’est-elle améliorée ? Le contenu a-t-il enfin repris la place qui lui revient de droit, la principale ? Malheureusement, nous n’en avons pas l’impression du tout. Bien au contraire même. Nous voyons sans cesse des preuves du contraire. En voici quelques-unes :

(petite précision qui va s’avérer utile : la plupart des comportements que nous pointons du doigt dans la suite de ce billet, nous les avons déjà eu nous-mêmes. Ouais on sait, c’est moche, et on en est les premiers désolés, mais on sait qu’on n’est pas au-dessus du lot, bien au contraire. Même si on essaie de faire de plus en plus attention)

(deuxième petite précision, comme ce billet est plutôt long et indigeste, on a mis des petits chats pour l’illustrer. Ça n’apporte absolument rien à ce qu’on dit, mais ça fait mignon)

 Et léthique, bordel ?!

TWITTER

Twitter à la base, c’est un espace conversationnel. Un lieu d’échange. On se passe des liens, on répond à des questions, on se clash même parfois (ça fait partie des échanges après tout), mais on partage. On s’instruit aussi, on y faisant sa veille, et en allant à la découverte d’informations partagées par d’autres.

 Et léthique, bordel ?!

Le hic, c’est qu’aujourd’hui sur Twitter, le but est devenu de briller. De se mettre en valeur. De montrer qu’on est quelqu’un d’important, et de flatter son propre ego en ayant plein de retweets, plein de followers, etc. Et pour cela tous les moyens sont bons :

- faire du following de masse en attendant un follow back, puis virer discrètement une bonne partie des gens que l’on suit pour garder un bon ratio

- acheter des followers (ne riez pas, il y a sûrement des gens assez narcissiques pour le faire)

- retweeter dès qu’on voit passer quelque chose qui « peut buzzer »; une image marrante, une rumeur non vérifiée, une exclu, une offre d’emploi alléchante, etc. Sans aucune distinction, le tout c’est que ça tourne et qu’on soit cité hein bien sûr.

- ne pas citer ses sources; combien de fois on voit passer des tweets disant « La nouvelle pub machin », « le spot ceci », « le print cela », sans aucune source… et en regardant le compte (parfois très suivi) de cette personne, on s’aperçoit qu’il/elle ne cite quasiment jamais l’auteur du message d’origine. NB : ça marche aussi avec les vannes, on fait un pomme c+pomme v de la blague, et bim on la diffuse comme si on venait juste de la trouver. Pour choper du retweet, y a pas mieux.

- mettre une photo de soit valorisante (cela marche surtout pour les femmes, mais parfois pour quelques hommes aussi). Là au moins on annonce tout de suite la couleur, « ne venez pas me suivre pour mon contenu, je n’ai que mon physique (et encore…) et c’est ce que je vais mettre en avant ». Tous les moyens sont bons on vous dit…

 Et léthique, bordel ?!

- mettre une bio qui vende du rêve: on ne dit plus « j’ai monté une asso avec des potes », on dit « co-founder of ». Cette bio devra mettre en avant vos centres d’intérêt : musique, ciné, sorties, voyages, expos, littérature, publicité, art, design, mode, politique, littérature, télévision, humour, internet, écologie, gastronomie, philosophie, poésie, art de vivre, concerts, sport, taxidermie, … (en mettre autant que la place le permet). Le but étant bien entendu de choper les followers ayant les mêmes passions, et aussi et surtout d’être invité par des marques montant des opérations en rapport avec ces sujets.

- faire des listes à la con : les 100 followers à suivre, les 10 conseils pour avoir plus de followers, les 25 recettes d’épinards à la crême les plus en vogue en Picardie, etc. Ça se diffuse facilement, ça s’oublie aussitôt, bref c’est du pré-mâché, mais ça marche !

- tenter de se faire remarquer par de « gros » comptes twitter : faites des poke réguliers à Lady Gaga, Nikos ou autres vedettes, s’ils nous retweetent on a tout gagné !

- harceler ses contacts : rien de mieux qu’un bon DM disant « tu as vu mon tweet ? », « lis mon blog », « surtout n’hésite pas à commenter ;)  » pour tenter d’améliorer son trafic.

- Pour varier des DM, il y a aussi la possibilité d’envoyer un tweet à quelqu’un qui parle d’un sujet (les meilleures pubs de marques de carottes par exemple) en lui disant que son billet est top, et que d’ailleurs on parle du même sujet sur notre propre blog. Un lien par dessus tout ça, et le tour est joué.

- enfin, il y a aussi le fait de retweeter les tweets qui parlent de soi. Bon là c’est un peu abusé tellement le personal branling est visible, mais après tout de plus en plus de gens le font. Alors bon, on n’est jamais mieux servi que par soi-même hein. Donc hop, dès que quelqu’un nous fait un compliment (« j’aime bien tes tongs ! »), bim, on le montre à tout le monde : « Wouhou, @machin a dit qu’il aimait bien mes tongs ! So proud ! ».

 Et léthique, bordel ?!

FACEBOOK

Sur Facebook, à un moment, le grand jeu c’était d’avoir le plus d’amis possible. Si tu n’avais pas plus de 1000 amis, tu avais raté ta vie socialement parlant, et surtout tu n’étais pas influent.

 Et léthique, bordel ?!

Aujourd’hui le sujet s’est déplacé. Ce ne sont plus les comptes persos qui sont le plus importants, ce sont les FanPages. Les marques ont lancé le mouvement, en cherchant à être « celle qui aurait le plus de fans ». Rien de plus normal donc que tout le monde s’engouffre ensuite dans la voie.

Mais cette course aux fans n’est pas sans entraîner une certaine dérive : jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour en avoir plus ? Diffuser des images choquantes (ben oui, ça buzz) ? Spammer d’autres pages Facebook en collant des liens vers la sienne (ben oui ça ramène du monde) ? Faire plein de concours (ben oui, en obligeant les gens à devenir fans pour pouvoir participer, ça doit bien permettre d’en choper quelques-uns de plus aussi) ? Créer une FanPage à son propre nom ? Nan, sur ce dernier point on rigole évidemment, personne n’est assez con pour faire cela.

Ah et puis bien entendu, à l’exemple de Twitter, sur ces FanPages, il ne faudra jamais, au grand jamais, citer vos sources. Ça évitera de renvoyer vos fans sur des pages concurrentes. Et puis c’est tellement plus simple de copier coller une image ou une vidéo en ne mettant pas l’endroit où on l’a trouvée…

LES BLOGS

 Et léthique, bordel ?!

Bon sur les blogs, ce n’est pas nouveau, il y a toujours eu à boire et à manger. Des blogs intéressants par leurs contenus, et d’autres qui visent simplement à générer du trafic. Certes ce n’est pas d’aujourd’hui, mais là aussi la tendance n’est pas, à nos yeux, à l’amélioration.

De plus en plus de gens lancent leurs blogs. On le voit autour de nous tous les jours. Et si à la base on trouve que c’est plutôt une bonne chose (cela pourrait permettre d’enrichir les débats), dans la pratique c’est loin d’être le cas.

En fait, la question c’est : pourquoi lance-t-on un blog aujourd’hui ? La réponse devrait être « pour partager des choses, exposer ses points de vue, discuter avec les gens et contribuer à un enrichissement intellectuel global ». Mais la réponse semble plutôt être « pour devenir influent ». Pour être lu et toucher un maximum de gens, plutôt que pour vraiment échanger des points de vue.

 Et léthique, bordel ?!

Et du coup, on assiste à une grande foire au n’importe quoi : billets de complaisance envers des marques, posts rédigés à la va-vite pour tenter d’être le premier à parler d’un fait d’actu et ainsi maximiser son audience, sujets choisis en fonction de leur portée virale potentielle, multiplication des concours avec des lots à gagner, absence de sources, manque de recherches pour vraiment apporter une valeur ajoutée sur le thème abordé, lieux communs à foison, blogueurs travaillant en agence de com qui font des billets sur les clients de leur agence, …

Il est de plus en plus rare de tomber sur de bons billets. Bien écrits, réfléchis, avec du fond, un point de vue, et non pas une recherche de l’audience à tout prix. On apprécie d’autant plus quand on en trouve, mais cela reste dommage de voir autant de personnes s’extasier sur les « autres » billets, ceux qui sont juste là pour profiter à leurs auteurs.

KLOUT

Alors là, c’est le summum. Censé mesuré l’influence (alors qu’en réalité, comme très bien dit dans cette vidéo, il mesure plutôt le bruit qu’autre chose), cet outil poudre aux yeux n’a fait qu’accentuer le phénomène de « il faut que je sois influent sinon je suis un raté ».

 Et léthique, bordel ?!

Et là aussi, tous les moyens sont bons : donner des +K à la pelle à des gens (qu’on ne connaît pas forcément) en attendant des +K en retour (« je t’ai rendu plus influent sur tes sujets, rends-moi plus influent sur les miens, rien à faire si on ne connait que dalle à nos sujets respectifs »), mettre des mots clés dans ses tweets ou billets pour améliorer son influence sur un sujet, demander régulièrement à ses proches de donner des +K, etc…

Finalement, avec ce genre de petites magouilles et des petites ententes entre amis, on se rend compte que quasiment n’importe qui peut paraître influent sur n’importe quoi : mettez-vous d’accord avec quelques personnes, et donnez-vous tous des +K sur vos sujets respectifs (la taxidermie par exemple). Tweetez dessus, Facebookez dessus. En très peu de temps, vous allez sûrement devenir pour Klout des référents sur ces sujets (sans pour autant avoir dit le moindre mot intelligent dessus). Le but des gens « actifs » sur Klout aujourd’hui est clair : faire monter leur score. « Wouhou, j’ai chopé 1 point en plus, je suis à 56 maintenant ». Oui et …? À part flatter l’ego, on ne voit pas trop à quoi cela sert.

Attacher de l’importance à son score Klout est, aujourd’hui, sûrement le meilleur moyen de montrer qu’on n’a rien compris au monde du digital et aux principes des sphères d’influence. Une marque qui irait choisir des relais d’opinion pour une opé (par exemple) en se basant sur leurs scores Klout ferait une grave erreur : elle ne recruterait pas des influenceurs, elle recruterait des gens qui font croire qu’ils le sont (en magouillant pour certains). Et sûrement pas de vrais connaisseurs du sujet, disposant d’une vraie crédibilité dans leur communauté. Mais bon après c’est sûr, ça demande plus d’efforts hein…

TRÊVE DE BARATIN

 Et léthique, bordel ?!

Bon allez, maintenant qu’on a fini avec ce petit pointage du doigt de mauvaises pratiques (et que 99% des gens ont abandonné ce billet en se disant « putain c’est long leurs conneries ! »), on va pouvoir en venir au vif du sujet (ouiiiii) : à quoi ça sert de faire ça ?

Pourquoi de très nombreuses personnes cherchent aujourd’hui à briller sur Twitter, Facebook, Klout ou sur un blog ? À quoi cela peut-il leur servir ? Pourquoi vouloir à ce point devenir influent, avoir envie de briller et de se montrer ? Et surtout, jusqu’où peut-on aller pour cela ?

Parce que c’est cela finalement l’enjeu.

 Et léthique, bordel ?!

Quelque part, on peut comprendre ce besoin irrépressible d’être aimé, c’est tout ce qu’il y a de plus humain. Tout le monde a envie d’être apprécié. C’est vrai, il faut bien reconnaître cela, c’est une démarche qui part d’un besoin naturel (on ne parle pas d’envie de faire pipi, suivez un peu siouplé).

Mais quand même. Quand devenir influent est en passe d’être le principal but dans la vie, il faut peut-être commencer à se poser des questions non ? Renier toutes ses valeurs pour satisfaire son ego, est-ce que cela n’est pas aller trop loin ? Est-ce que faire passer son image avant ce que l’on est vraiment, ce n’est pas le signe qu’on s’est perdu en route ?

Il y a sûrement un bon exercice d’introspection générale à faire. Pour tout le monde (nous compris… surtout nous, d’ailleurs). Se demander « pourquoi on blogue », « comment on veut être présent sur Twitter et pourquoi », etc. Bref, s’interroger sur nos attentes des réseaux sociaux, et sur les limites qu’on ne veut pas franchir.

Jusqu’où serait-on prêt à aller pour briller sur le web ?

 Et léthique, bordel ?!

Alors oui c’est vrai, il y a toujours eu des gens pour tenter de tirer la couverture à eux, qui avaient des pratiques plus ou moins discutables. Ce n’est pas nouveau. Mais ce qui nous fait peur aujourd’hui, c’est cette impression que la situation ne va pas en s’arrangeant. Loin de là même. On dirait que nous sommes passés à un niveau supérieur. Ces comportements marginaux sont devenus tellement nombreux qu’on finit par se demander si ce n’est pas la nouvelle norme. Le manque d’éthique et le narcissisme s’affichent sur tous les réseaux sociaux. Ils ne sont plus critiqués, ils sont au mieux ignorés, au pire encouragés et valorisés. Peu importe les moyens, tant qu’on a le buzz, en somme. Certains semblent prêts à aller très loin pour devenir les nouvelles stars du web.

Attention, on le redit, on ne veut pas se poser en donneurs de leçons. On a déjà vraisemblablement eu au moins une fois la plupart des comportements qu’on vient de dénoncer. Mais après coup, cela nous avait posé un problème, un problème de conscience. Et heureusement qu’il y a eu à chaque fois des gens pour nous faire remarquer qu’on déconnait…

La plupart du temps, on aime bien traîner sur les web et les réseaux sociaux. Discuter avec les gens, suivre l’actu, apprendre des choses, en partager d’autres, … Mais là, en assistant à la course actuelle aux fans, aux followers, aux points Klout, au buzz, à l’influence, et donc à l’ego, on se dit qu’on va peut-être y passer un petit peu moins de temps. Car voir des gens biens renoncer petit à petit à leurs valeurs pour satisfaire leur besoin d’être aimé, ça nous fait mal au cœur.

 Et léthique, bordel ?!

Catégorie → COUP DE GUEULE

36 commentaires
  1. FauFau permalink

    Je m’attendais plus à une super sélection des pubs du Super Bowl mais il est parfait cet article, merci
    Allez, je vais le twitter :)

  2. Tout à fait d’accord.
    (ouai j’ai pas plus constructif)

  3. Depuis quand Arnaud il a une conscience ?

    (ouais, j’ai pas non plus plus constructif. Mais je suis d’accord avec le billet.)

  4. au quel des deux je donne un +K en taxidermie la ? :)

  5. NicolasRcd permalink

    Fair enough. Même si vous restez gentils, en omettant les FF suce-barbe aux gros comptes/aux agences, les putains de bouffonneries sur sa vie, les mentions opportunistes.

    Svp, un édit de l’article avec Foursquare et Instagram. Ces cancers du web se propagent sans que l’on y puisse rien. Ces deux « réseaux » animent le désir irrépressible de briller en « société », de passer un coup de polish sur sa vie, la vraie.

  6. Ouep ouep… sur internet on voit ce qu’on a envie de regarder. On peut aussi ne pas prêter attention à tout ça, et forcer le trait sur les jolies et belles choses, d’un coup ca nous paraitra moins un espace d’exacerbation narcissique. Pointer le narcissisme est-ce réellement le condamner?

    Briller en société, j’ai pas l’impression que ce soit une nouveauté avec les réseaus sociaux, c’était pas déjà le cas avant le web? Meeeeeeuuuuuhh si ! :)

    Et puis, alors donc the point is > on doit changer les gens. Mince affaire dis donc… On fait comment?

    ET précision pas inutile > on met co founder et pas j’ai monté une asso avec car 1. ça prend BEAUCOUP moins de place et 2. l’anglais c’est la langue du web, après on peut ne pas kiffer mais c’est un fait.

  7. Poupimali permalink

    Cela faisait un moment qu’un article en ce sens me trottait dans la tête.
    Celui ci est excellent.
    Merci.

  8. J’ai mis « like » mais juste pour les Lolcats

  9. C’est tout simplement bon, véridique, explique pourquoi plein d’internautes boudent aussi les réseaux sociaux et pourquoi certaines marques/influenceus-personal-brandés s’y plantent joyeusement à coup de chiffres non significatif.

    Bravo.

  10. Chant.KN permalink

    avec cet article vous avez gagné 1 follower de plus. Merci !

  11. henri permalink

    Le plus ironique, dans tout cela, c’est que la vraie influence se situe désormais chez ceux qui sont à l’origine des contenus (bien intentionnés ou pas) diffusés sans aucun esprit critique.
    En somme, les influenceurs ne sont que des diffuseurs dociles, aveuglé par leur pouvoir de façade.

  12. @FauFau : Merci :) (on est sur notre sélection des pubs du Superbowl de 2011 là, c’est dire…)
    @greg : on prend quand même (merci :)
    @YKW : une quoi ?
    @Florian : trop tard, on a déjà rendu @Mathomate incontournable sur le secteur (true story)
    @NicolasRCD : ah oui, mince, les mentions aux comptes agences ! C’est vrai que ça aussi dans le genre… Pour Instagram et Foursquare, c’est vrai qu’il y a aussi un côté « j’étale ma vie pour montrer comment qu’elle est belle t’as vu ». Et on le dit d’autant plus volontiers qu’on est utilisateurs des deux réseaux.
    @From Paris : Ah non mais si c’est de l’alimentaire alors ça va, c’est pas pareil. Si on fait ça pour avoir des gouttes de champagne et des petits fours pour survivre, c’est un cas de force majeur.
    Non plus sérieusement, se faire inviter c’est bien (on aime bien aussi hein, faut pas croire), mais la question qu’on se pose comme vous l’avez vu c’est surtout : jusqu’où est-on prêt à aller pour cela ?
    (NB : on espère que From Paris ne s’est pas senti visé dans ce billet ? Non parce que ce n’est pas le cas, on ne connaît pas très bien votre collectif pour tout vous dire. Et d’ailleurs on ne vise personne de particulier dans cet article, c’est plus une réflexion à voix haute)
    @Celina : comme on disait, on fait nous aussi parti des gens qui ont / ont eu ces pratiques, même un peu. On a seulement le sentiment que c’est de plus en plus courant. Quand au fait de les dénoncer, disons plutôt que face à une situation qui nous dérange, on préfère aborder le problème directement plutôt que de regarder ailleurs et faire comme si cela n’existait pas.
    Et enfin sur le point du co-founder of : nous ça nous fait un peu penser, sur la forme, à la façon qu’on avait de tous se donner des titres en agence de com. Directeur artistique, directeur de création, directeur de clientèle, … Comme excellemment bien dit par Benjamin Sanial dans ses radios virales pour Lowe Paris à l’époque, « dans la publicité on est tous directeurs. Les autres… c’est des stagiaires ! »
    @Poupimali : merci beaucoup !
    @Louis_marie_c : tant mieux, nous aussi c’est ce qu’on préfère dans le billet
    @Da Scritch : merci à toi !
    @Chant.KN : ravis :)
    @henri : oui. En fait hier comme aujourd’hui l’influence ne se mesure pas, elle se constate dans les faits, mais de la à prétendre la maîtriser avec juste quelques points K ou W, c’est induire les gens en erreur.

  13. Neil permalink

    Coucou,

    Vous oubliez aussi qu’avec le chômage grandissant, surtout parmi les jeunes, avoir un blog, un compte twitter, etc, fait passer le temps + permet de faire sa veille pour rester actif + permet d’être à l’affût des offres…
    Sans excuser, j’essaie d’expliquer, et pas mal de gens autour de moi se lancent dans un blog (et donc dans l’influence de fait, car aujourd’hui les blogs sont automatiquement intégrés dans les plans de RP « digitales), pour avoir 1 ligne de + sur leur cv et mieux se vendre auprès de leurs futurs employeurs. Seulement, écrire sur la pub, la cuisine, le sport, suffit-il à montrer que l’on est qualifié ? Pas sûr. Et hop, il n’en faut pas + pour être pris dans l’engrenage.

  14. Yo les messieurs 3D. Article lu et apprécié. Cet après-midi justement dans un mini moment de déprime (tout va bien, je n’avais juste plus de Coca) je me demandais pourquoi les twittos étaient-ils si méchant ? Je pense qu’il faudra bientôt rajouter à votre partie Twitter « besoin de faire le méchant engagé avec des tweets saracastiques sur la politique ou d’autres twittos et/ou de RT les tweets de méchant pour ressembler à un geeko-intello-réac comme les autres.
    C’est tout, à bientôt !

  15. @Neil : entièrement d’accord avec toi sur le fait qu’avoir un blog / un twitter peut aider un jeune à se vendre à un futur employeur (remarque cela peut aussi le faire se griller hein). Ça le force à faire sa veille, et à une période cela le forçait à confronter son avis à d’autres. C’est toujours ça de pris.
    Mais bon, cela n’empêche pas un minimum d’éthique :) On doit très bien pouvoir faire cela sans pour autant obligatoirement se lancer dans une course effrénée à « qui a la plus grosse » (enfin on espère)

    @Centelm : tout à fait, la part de représentation a dépassé le stade du métier et atteint maintenant les opinions politiques (= on n’est pas dans la merde…)

  16. Neil permalink

    @Julien&Arnaud
    Cela a commencé quand le marketing s’est emparé des réseaux sociaux pour ses propres objectifs. Tout devient une marque : un blog, un portfolio, une page facebook, un compte twitter… un individu.
    Cela est aussi lié au type de profil attiré par ces plateformes, à savoir : les communicants :)

    Au lieu de s’adapter aux territoires digitaux, c’est le marketing qui a transformé ces nouveaux espaces, en les soumettant à ses règles.

  17. Clément permalink

    J’ai liké l’article : j’ai quoi en contrepartie ?

    Merci pour la lecture et la réflexion que je partage grandement !

  18. @Clément : on te donne un +K en lecture de post avec des chats ! (merci à toi)

  19. Intéressant ce point de vue !
    Mais une question tout d’abord :
    Les gens qui ont ces pratiques en ont-ils conscience ? à la vue des tweet qui l’ont relayé ou de certains commentateurs, pas sur… Comme vous, je ne me place pas au dessus du lot et j’ai aussi des tweets que je ferais bien de garder pour moi… Mais ça pose la question de l’introspection.
    Ensuite, au delà du constat, quelles sont les raisons ? Je crois que c’est surtout twitter qui a modifié l’ensemble des comportements digitaux.En lui accordant beaucoup d’importance, le réseaux s’est densifié et galvaudé, ce qui explique pour moi beaucoup de ces dérives.

    Le nombre d’inscrit augmentant, les dérivent paraissent plus nombreuses, de façon mécanique.
    Ensuite, galvaudé dans son utilité et son pouvoir, l’influence est devenue primordiale. Twitter pendant ses années d’anonymat a créé des « élites influentes » auxquelles toute une génération de nouveaux venus veut appartenir… Et on le sait tous, l’influence peut ouvrir des portes : rencontre avec des agences, des blogueurs etc… Nous sommes dans un métier de contact ou Twitter peut faire croire qu’un tweet est une poigné de main…

    Pour le blog, je rejoins entièrement Neil, c’est avant tout quelque chose pour les étudiants, les juniors, censé crédibiliser auprès d’un monde professionnel de plus en plus exigeant. Il suffit d’un coup d’œil sur Viadeo pour voir le nombre de blog dans les bios… il crédibilise une génération dont le seul atout concédé par la génération du dessus est d’être « digital native »… Ce que je veux dire c’est que les agences, les recruteurs et mêmes les blogueurs n’y sont pas pour rien… À mon avis !

    Je suis d’accord sur votre analyse mais je comprends aussi certains comportements même quand ils m’exaspèrent (et ils m’exaspèrent !!).
    Ce qui m’énerve le plus, c’est l’absence quasi permanente des sources !! Mais quand on voit stratégie, Doc News ou CB news, on se dit que personne ne montre le modele…

  20. @40centimes : On s’est effectivement posé la question de savoir si les gens avaient conscience d’agir ainsi. Pour nous, la réponse est non, clairement. L’effet de masse joue (« tout le monde le fait pourquoi pas moi ? » Mais bon, ce n’est pas parce que tout le monde fait une chose que c’est forcément bien pour autant.
    Sur les raisons, on te rejoint aussi, l’arrivée de Twitter et sa croissance n’a fait qu’accentuer un phénomène qui était plutôt marginal au départ.
    Mais vraiment, pour nous le point fondamental, c’est la limite de tout cela. On à l’impression qu’elle est repoussée, de plus en plus loin, très loin (trop ?).
    Ok pour que tout le monde tente de tirer parti du système, ça se comprend. Mais pas à n’importe quel prix quand même ;)

  21. Jeremie permalink

    Je suis assez d’accord sur votre analyse même si c’est un peu enfoncer des portes ouvertes. Je retiens votre conclusion très humaine et pertinente : « Car voir des gens biens renoncer petit à petit à leurs valeurs pour satisfaire leur besoin d’être aimé, ça nous fait mal au cœur. »

    Par contre on insistera jamais assez sur le fait de citer ses sources. Là le job est fait dans votre billet. Bravo

  22. @Jeremie : Merci ! (ok avec toi sur les portes ouvertes, mais ça ne fait jamais de mal de le rappeler un peu; et en plus on a les épaules fragiles, alors des portes ouvertes c’est bon pour nous ;)

  23. j’aime toujours autant le blog, bravo pour le ton et le contenu

  24. @istern : merci beaucoup !

  25. Ah tiens, chez toi aussi on tutoie c’est sympa.

    J’aime bien les gens qui n’ont pas froid aux yeux, comme sur ton post à propos d’Orangina.

    La franchise et la transparence, il n’y a que ça de vrai.

  26. La netiquette des années 90 a bel et bien disparue… tu ne parles pas des pratiques de spam de SEO (spams de commentaires, de forums) qui pourraient bien faire partie de cette liste !

  27. Analyse très pertinent. Bravo pour ça.
    Ensuite, je pense qu’il faut relativiser en ayant confiance à la sélection naturelle. Finalement, peu importe la pollution car le remarquable aura toujours sa place en tête de gondole.
    Maintenant, c’est clair que pollution il y a…

  28. J’aime bien vos photos de chats, c’est dommage que vous les publiiez sans citer les sources. ;-)

  29. @alix : c’est vrai, honte sur nous :-( Après pour notre défense, cela faisait beaucoup de sources à indiquer (on est fainéants) et surtout, on a essentiellement pioché via Google Images. Mais c’est vrai qu’on aurait du… Promis dès qu’on a un peu de temps on cherchera les liens d’origine et on les indiquera :)

  30. @Julien & Arnaud Super, il ne reste plus qu’à demander à toutes les persones que vous décrier sur ce point de faire cette promesse et le problème est réglé. :-D

Trackbacks & Pingbacks

  1. Et l’éthique, bordel ?! | Coups de pub | Corporate Social Responsibility | Scoop.it
  2. Orangina trompe ses fans sur Facebook | Coups de pub
  3. Je suis un internaute Has Been ? | Oneig's cell
  4. Orangina fools fans with fake fans profiles on Facebook >> about the ethics of social media « Connecting with people is about looking beyond lines.
  5. C’est quoi ton réseau? « Blog de Cyril Ollivier
  6. Une semaine de lol sur le web | Coups de pub

Ecrire un commentaire

Note: le XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publiée.

Abonnez-vous aux commentaires par RSS