Skip to content

Comment la presse « lance » une campagne de pub

Par Julien & Arnaud le 12 avr 2010

Si vous parcourez la presse, que ce soit en ligne ou en tenant dans les mains la bonne vieille feuille de chou, vous avez déjà dû tomber sur des articles s’intéressant aux blogs et aux blogueurs.Souvent sur les mêmes sujets d’ailleurs, du style « les billets sponsorisés« , « les bloggeurs payés par les marques pour parler d’elles« , « les blogs et la pub« , etc. Bienque n’ayant jamais écrit d’articles sponsorisés, on se sent toujours un peu concernés par ces articles. Après tout, on est un (mauvais) blog, et de pub.

 

Alors, pour s’amuser, on a eu envie de prendre le problème un peu à l’envers : comment la presse, elle, parle d’une campagne de pub ?

 

Pour cela, on a pris un exemple concret et récent : le lancement des spots télé de la campagne de contraception de l’Inpes.

 

Voici un de ces spots (le même que dans tous les articles cités ci-dessous) :

 


 

Client : INPES

Agence : Leg

Direction de création : Gabriel Gaultier
Direction artistique : Nelly Schell & Morgane Hamel

Site : choisirsacontraception.fr

 

 

En s’intéressant au traitement apporté au lancement de ce spot et de ses petits frères, une première constatation : tous les titres de presse se sont mis à parler de la campagne en mêmetemps, à quelques heures près.

Normal, nous direz-vous, il s’agit d’un lancement.

 

Oui mais non. Cette campagne, elle ne vient pas de sortir de nulle part, là, comme ça. On mettrait notre main au feu que cela fait plusieurs mois que des spots radio issus de cette campagnetournent sur des radios (comme Nova pour n’en citer qu’une).

Or ce n’est qu’aujourd’hui, à l’occasion du lancement des vidéos (qui ne font que décliner le concept, d’ailleurs) que la presse se met à en parler. Et à en parler, en plus, comme si la campagnedans son intégralité venait tout juste de démarrer. De là à penser qu’ils se mettent tous à parler de cette campagne parce qu’ils viennent tous de recevoir le communiqué de presse avectous les éléments, il n’y a qu’un pas qu’on franchit sans hésiter et en sifflotant (on aime bien siffler en marchant, ça détend).

 

Donc, maintenant que nous avons identifié les sources des « journalistes », voyons de quelle manière ils ont traité ces « informations » et comment il parlent de la campagne.

 

- Pour Le Parisien, l’objectivité est de mise,puisqu’ils parlent de l’inversion des rôles comme « une idée de génie »… Sans autre explication, d’ailleurs.

 

- Pour Europe1.fr, c’est le sens de l’observation qui est de mise : le site observe eneffet que ces spots jouent la carte de l »humour. Bravo, on n’avait pas remarqué, on n’a pas perdu notre temps. Pour le reste, ce sont les mêmes données chiffrées, voire les mêmes phrases quel’article du Parisien qui sont reprises (issues du communiqué de presse ?)

 

- 20 minutes va plus loin, en proposant unarticle plus original : on y a droit à la reprise complète des dialogues des spots.

«C’est vraiment toutes les mêmes, se désole le sage-homme. Quand il s’agit de tirer un coup c’est vraiment les premières, mais pour assumer leurs responsabilités, y a plus personne.»

Etc.

 

Gros doute sur l’utilité de cette méthode (à part prouver que l’auteur a bien regardé les spots jusqu’au bout ?), surtout quand l’article se borne à cela, du début à la fin.Ah non y a aussi lecopié-collé du paragraphe avec les données chiffrées issues du communiqué de presse.

 

- Agréable surprise, l’article du JDD : on n’y a pas plus d’informations que surles autres (faut pas rêver non plus hein), on a bien entendu droit au désormais classique paragraphe avec les données chiffrées, mais au moins l’article est bien écrit. Il qualifie les spots deburlesque, sans pour autant s’avancer jusqu’à les juger comme bons, mauvais, ou de génie sans même une explication. On reviendra un autre jour pour vérifier que c’était pas un hasard.

 

On s’arrête là de nos citations, mais en gros c’est la même chose partout : une reprise bête et appliquée du communiqué de presse officiel, parfois agrémentée d’un commentairetotalement personnel de l’auteur sur les spots…ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais encore faut-il expliquer et justifier son point de vue… Sinon autant diffuser directement lescommuniqués de presse, ce sera plus rapide, moins onéreux…et pas forcément moins objectif.

 

Au passage, on notera que pas un seul de ces médias n’a cru bon de préciser les crédits de cette campagne. En fait, même l’INPES n’apparaît pas toujours, au profit du Ministèrede la Santé (dont il dépend, certes). En revanche tous les auteurs des articles ont consciencieusement signé leurs articles de leurs noms, ça, c’est important.

 

Bon, évidemment, on pourra nous reprocher que nos billets de blogs à nous sont encore moins bons, encore moins documentés (et encore plus truffés de fautes) que les articles que nous citons. Cequi est vrai. Mais nous ce n’est pas notre métier, nous ne sommes pas payés pour (et toc).

Et pis c’est pas nous qui avons commencé la comparaison journaux / blogs, hein (et re toc).

 

Bref, tout cela pour dire, c’est assez rassurant finalement de voir comment la presse traite les mêmes sujets que ceux dont nous parlons habituellement ici : au moins aussi mal ! :-D

 

 

Catégorie → Non classé

2 commentaires
  1. LOVE. Top l’article, ça fait plaisir que vous mettiez le doigt sur une pratique – connue certes – mais tellement ridicule que ça fait du bien de s’en moquer. Quand je cherche des infos sur une opé j’arrive souvent, très touvent, Non, tout le temps, sur un bundle d’articles reprenant les CP à la lettre. C’est nul, mais assez rentable pour les journaux à mon avis. Surtout c’est assez discret car les lecteurs ne doivent pas trop changer de titre et du coup ne se rendent pas compte des similitudes de la même manière que nous pouvons le faire au sujet des blogs. Bon, ok si tu as des grands médias dans ton reader c’est possible :)

  2. Merci

    Ce qui est marrant en plus dans ce que tu décris, c’est que c’est précisément ce que la presse (voire les médias en général) reprochent aux blogs : infos non vérifiées, reprises à la va vite, et souvent les mêmes partout.

    Alors qu’en fait eux font exactement la même chose, si ce n’est pire, le comble. Enfin heureusement y a des exceptions hein, certains journalistes qui vont faire des enquêtes poussées, ou des blogueurs qui vont aller chercher toutes les infos possibles et imaginables sur une opé (on va en citer un totalement au hasard : Quietglover (au hasard, on a dit ;)

Ecrire un commentaire

Note: le XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publiée.

Abonnez-vous aux commentaires par RSS