Skip to content

Coca-Cola nous vend du rêve

Par Julien & Arnaud le 14 jan 2010

Enfin pas du rêve, mais du bonheur plutôt. Peut-être que vous vous souvenez du (superbe) spot nommé « Happiness Factory » de 2006 pour Coca : un homme mettait une pièce dans un distributeurpour obtenir un Coca et là… on suivait le parcours de la pièce dans le distributeur, à travers un monde fantastique, une usine à bonheur dont le but ne pouvait être que de distribuer du Coke àtour de bras (et vu qu’on l’a très mal raconté on a remis ce spot ci-dessous, à la fin de l’article, ce sera plus simple:)

Bref.

Ce spot avait cartonné. Alors autant en profiter. Après nous avoir pondu deux autres films sur ce concept, avec plus ou moins de réussite, voilà que Coca cherche maintenant à décliner ce concept enopé de guérilla.

Le principe est basique : réaliser cette Happiness Factory en vrai.
Le tout est d’une redoutable efficacité.

On vous laisse juger par vous-même à travers la vidéo suivante, nous on a adoré :

Remeber : Happiness Factory, à l’origine :

Agency: Definition 6
Director: Paul Iannacchino Jr.
Producer: Todd Morris
Executive Creative Director: John Harne
Director of Photography: Sean Donnelly
Executive Producer: Blakely Blalock
Set Decorator: Ni Ni Than
Prop Builder: Mike Myers
Editor: Pat Carpenter
Edit Assist: Pieter van den Berg
Audio: Mike Barrett
Audio: Juan Sosa
Post Producer: Lisa Miller

via et via

Catégorie → Non classé

3 commentaires
  1. Flooz permalink

    L’idée est bien et dans la lignée de leurs dernières campagnes
    Dommage cependant que les « étudiants » soient juste des comédiens… Regardez bien les reactions « ricaines » surjouées et des gens hilares en arrière-plan
    happenings difficiles à rendre naturels (comme les rassemblements T-mobile)

    ps: blog sympa les gars

  2. encore plus fort que les ricains, il y a … Quietglover !
    Il a en effet mené l’enquête sur ce dispositif et nous en dit plus ici : http://quietglover.com/2010/01/14/happiness-machine-les-details/
    Il est fort, il est fort.

  3. ah il n’est pas exclu que la marque ait payé quelques comédiens pour se glisser au milieu des vrais étudiants et jouer le rôle de « chauffeurs de salle », si l’on peut dire.
    M’enfin visiblement (et on recite l’article de Colomb…euh… de Quietglover) l’opé a vraiment été réalisée dans une université américaine, au beau milieu de vrais étudiants.

    Merci pour le blog, ça fait toujours plaisir :-)

Ecrire un commentaire

Note: le XHTML est autorisé. Votre adresse mail ne sera jamais publiée.

Abonnez-vous aux commentaires par RSS